Si j’avais été logique, c’est par ce billet que j’aurais débuté ce blog.
J’ai timidement évoqué le pourquoi de mon choix mais je n’avais encore une fois pas trouvé les mots justes à ce moment-là pour vous l’expliquer.

C’est dans une salle d’attente d’aéroport, à l’aube de quelques semaines de congés en Nouvelle-Zélande, que je trouve l’inspiration pour le rédiger.
Vous me direz « Mais quel est le rapport? »

Je crois que le lien à faire est le suivant: Pour la première fois de ma vie, j’ai pris des résolutions pour cette année 2017. Mon inscription en fac de psychologie par correspondance  en est une et ce voyage en Nouvelle Zélande une autre.

Le point commun entre ces deux éléments est que ces choix ont été des choix strictement personnels et qu’aucun facteur extérieur n’est venu influencer ou pousser la prise de ces décisions. L’autre point commun est que ces actions n’ont pas été posées dans le but d’atteindre un autre objectif que celui de répondre à mes envies
personnelles.
Comme je l’ai décrit dans mon parcours scolaire, j’ai déjà un bac +5 et réussir une licence en psychologie ne va rien m’apporter pour ma « carrière ». Et je n’ai aucune
envie (pour l’instant en tout cas) d’exercer une profession qui a un rapport avec la psychologie.
Quant à mon voyage, l’objectif est de rendre visite à mon frère mais surtout de me ressourcer, loin de Paris.

La raison de ce choix n’est donc pas à chercher beaucoup plus loin qu’une envie profonde de réaliser des choses « juste pour moi » et sans aucune autre arrière pensée.
La création de ce blog suit la même logique: depuis longtemps j’ai très envie d’écrire. Je sais que mon écriture n’est pas mauvaise mais elle nécessiterait beaucoup de travail
pour pouvoir être agréable à lire. Ce blog est simplement à considérer comme un « journal intime » qui n’a qu’une unique vocation: assouvir mon envie d’écrire et de partager certaines des expériences de ma vie quotidienne.

J’espère que ces actions n’auront d’autres fins que celles que je viens d’exposer afin qu’elles puissent constituer ma « soupape de sécurité » et un endroit de prise de recul dans un monde que je trouve parfois un peu trop mouvementé pour moi.

Publicités